Le trésor gaulois de Tayac

Torque et monnaies d'or. Fin du IIe – début du Ier siècle av. J.-C. ?

C’est dans le courant de décembre 1893 qu’un laboureur mit au jour deux vases en terre cuite contenant un ensemble d’objets en or : un torque d’or massif pesant 762 g, sorte de gros collier rigide ouvert, 73 petits lingots d’or pesant chacun 7,30 g, un fil d’or enroulé en spirale, un lingot ovale et plat, un lingot carré, et environ 325 monnaies gauloises en or. Seuls 1 lingot et 26 statères ou quart de statères, monnaies parfois seulement préparées pour la frappe ou frappées d’un seul côté, ont pu être acquis par la Ville de Bordeaux. Les plus récentes des monnaies datent de 90-80 avant Jésus-Christ.

Le torque a été réalisé à partir d’une tige dont la section, en forme de croix, a été tordue tout le long afin de produire un effet spiralé. Les extrémités rajoutées (tampons), de grande dimension, sont creuses. Le décor qui les jouxte assure une liaison esthétique avec les spirales du bijou. Retrouvé à l’origine seulement brisé en deux semble-t-il, le torque, comme le reste de ce trésor, avait dû être déposé intentionnellement. Il représentait une fortune considérable.

On ne connaît pas les raisons de ce dépôt. On a tendance à déduire aujourd’hui qu’il fut plutôt votif et cultuel du fait qu’on trouve ce type de dépôt le plus souvent à proximité d’une source ou d’un cours d’eau.

Torque : Musée d’Aquitaine inventaire n° 60.17.2
Monnaies : Dépôt du Médaillier municipal, Bibliothèque municipale de Bordeaux, inv. coll. D.91.6.

Photo du trésor de Tayac, Gironde

Trésor gaulois de Tayac, Gironde, photo L. Gauthier, mairie de Bordeaux, musée d'Aquitaine