Statue de Diane

Découverte fortuite à Saint-Georges-de-Montagne (Gironde) en 1843
Fin du IVe – début du Ve siècle. Marbre blanc. Inventaire : 71.16.1

Diane, déesse romaine de la chasse personnifiant la lune (et sœur jumelle d’Apollon qui personnifiait le soleil) est traditionnellement représentée selon l’archétype de la déesse Artémis des Grecs, dont elle est l’équivalent : elle se détache d'un arbre qui symbolise la forêt, une biche à ses pieds, bandant son arc du bras gauche, tirant une flèche de la main droite. Malgré la disparition de certains de ces éléments (flèche notamment), le geste de la déesse est extrêmement bien rendu : le mouvement est traduit, selon l’usage – mais peut-être un peu exagérément – par les plis des vêtements et l’attitude de la déesse, penchée, en appui sur sa jambe droite, genou légèrement fléchi, et jambe gauche en arrière. Devant elle est couché un faon qui dresse la tête dans un mouvement élégant que le doux modelé de son corps accentue. L’arbre sur lequel se détachent Diane et le faon est d’une sculpture ajourée qui prouve la virtuosité du sculpteur, lequel s’est attaché à en soigner la composition.

Une statuette de la déesse Vénus, issue du même ensemble de sculptures qui ornait les jardins de la villa romaine, est aujourd’hui conservée au Musée du Louvre à Paris. 

Statue de Diane. Photo mairie de Bordeaux

Statue de Diane. Photo mairie de Bordeaux, musée d'Aquitaine