Paire de bougeoirs représentant des ouvriers noirs au travail

2009
Paire de bougeoirs représentant des ouvriers noirs au travail, anonyme, vers 1840, bronze patiné, 13,5 x 9,5 cm, Inv : 2009.5.1 et 2009.5.2, Don des Amis du musée d'Aquitaine

Cette paire de bougeoirs ne porte aucune signature. Elle offre l'image d'un couple d'esclaves noirs dont les gestes apparaissent comme suspendus, figés dans leur labeur. Les terrasses identiques sont décorées de feuillages en léger relief. Il est difficile d'identifier la nature de leur activité : peut-être travaillent-ils dans une plantation de coton.

Ces statuettes devaient servir de garniture de cheminée, de bureau ou de commode. Au XIXe siècle, la mode du bibelot envahit les demeures. Ces deux bronzes en pendants, bougeoirs et peut-être aussi vide-poche, sont caractéristiques du développement de la statuaire d'édition qui, dès les années 1830, permet à la bourgeoisie de décorer son intérieur avec des œuvres d'art d'un prix accessible. Bien souvent la statuette est alors la reproduction réduite  d'une sculpture de grande taille mais une grande partie de la production des fondeurs-éditeurs est exécutée à partir d'un modèle créé, même par les plus grands sculpteurs, uniquement pour être reproduit en série.

Il y a une parenté stylistique avec les sculptures de James Pradier (1790 - 1852) qui, parallèlement à la grande statuaire de marbre, fut l'un des artistes les plus prolifiques de la production sérielle de figures féminines aux formes gracieuses, parées d'accessoires orientalistes et immobilisées dans un mouvement fugitif.

Catherine Bonte

Paire de bougeoirs représentant des ouvriers noirs au travail, ©photo L. Gauthier mairie de Bordeaux

Paire de bougeoirs représentant des ouvriers noirs au travail, ©photo L. Gauthier mairie de Bordeaux